• w-googleplus
  • Twitter Clean
  • w-facebook

"Bel canto oblige, cette nouvelle production du Comte Ory, fournit à la jeune soprano Perrine Madoeuf l’occasion d’une brillante interprétation. Perrine Madoeuf (La Comtesse Adèle) se montre, dans cette distribution, une belcantiste avérée, par sa puissance, son agilité vocale, par sa diction bien posée, par la clarté de ses roulades et de ses vocalises. Une interprétation vocale irréprochable magnifiée encore par un jeu scénique où la chanteuse sait user de toute sa féminité séductrice et de la délicieuse ambiguïté de son personnage. Une chanteuse à suivre…
Resmusica, Patrice Imbaud

L’OPÉRA DE ROUEN RÉVÈLE PERRINE MADOEUF DANS LE COMTE ORY
Perrine Madoeuf entre dans la peau du personnage avec un naturel et une énergie communicative, son air du I “En proie à la tristesse“ prenant l'allure d'un show ébouriffant de punch, mais aussi de prouesse vocale, jonglant avec les vocalises et les notes aigues de sa voix flexible au timbre légèrement blanchi rappelant par instant celle de la grande Janine Micheau.
ODB opera, Eric Gibert

La reine de la soirée reste Perrine Madoeuf qui brille autant qu’elle pétille dans le rôle de la comtesse. Quel talent, quelle classe ! Des cantilènes aux grands airs, en passant par les gags, cette fine mouche enlève tout. Elle est en outre fort jolie, possède un jeu d’une rare justesse et une voix dont elle fait ce qu’elle veut. Certains airs, comme « Daignez guérir le mal terrible dont je me sens mourir », prennent, grâce à elle, une dimension touchante, d’autres une irrésistible drôlerie.
Les trois coups, Olivier Pansieri

 


À ses côtés, digne d’une couverture de magazine, Perrine Madoeuf incarne la Comtesse Adèle, veuve éplorée bien vite guérie et consolée. Elle joue de ses attraits féminins et se montre très à l’aise dans ce rôle de Comtesse libérée. Sa voix de soprano colorature au timbre séducteur présente également une grande maîtrise des passages périlleux entre différents registres et son agilité dans les vocalises.
Olyrix, Véronique Boudier

…la formidable Adèle de Perrine Madoeuf, pourtant annoncée souffrante et qui jongle de pyrotechnies vocales en nuances délicates avec une aisance confondante
Forumopera, Tania Bracq

Perrine Madoeuf offre une excellente comtesse, aux aigus tachant aux vocalises agiles et à l'humour décapant.
Opera magazine, Jean luc Macia